Just’un peu d’histoire 4ème partie

4. L’auberge de La Croix Blanche.
Sous le règne du Roi Louis XIV existe donc une auberge dite « de la Croix Blanche » à Saint Just, petite paroisse de 275 habitants. Ce Roi eut un ministre bien connu, Louvois, qui prit les fonctions de Vicaire général de l’Ordre de Saint Lazare. A ce titre, il fit dresser un listing des nombreux établissements d’accueil et de soins géré par cet Ordre. Dans cette liste, dans le Cher, se trouve une léproserie, dans le bourg de Saint Just. Cet établissement, comme bien d’autres sur ce grand chemin Bourges-Dun le Roy, avait comme vocation d’accueillir, un temps, des pèlerins, souffrant de la lèpre, partis en pèlerinage , espérant que cet effort physique et spirituel allait éradiquer leur Mal. Une parcelle de terrain, près de la Poste aujourd’hui, porte le nom évocateur de « l’Hôpital ».
La léproserie de Saint Just pourrait dater du début du 13° siècle. Elle se trouverait ainsi à mi-chemin entre celle de Bourges ouverte en 1179 et celle de Dun le Roy créée en 1231. Cette institution se dressait sur un terrain de 2,6 hectares et possédait 2 arpents de vigne. Elle rapportait à ses propriétaires une rente de 8 livres tournois et 2 poules.
Quand la lèpre fut éradiquée à partir du 14° siècle, ces léproseries se transformèrent en hôpital dans les grandes villes et en auberge dans les bourgs. La fonction hospitalière muta en fonction d’accueil d’hôtes.
Pourquoi « Auberge de la Croix Blanche » ?
L’Ordre de Saint Lazare avait comme emblème une croix verte, mais , au cours du 15° siècle, il périclite et est incorporé à L’Ordre de Saint Jean de Jérusalem en 1498. Son blason est orné d’une croix blanche. Ce changement de patronage de la léproserie-hôpital-auberge de Saint Just pourrait bien expliquer l’apparition du nom de cette institution.
La léproserie d’un petit village était une maison avec un étage ( ce qui est une exception : en 1861, à St Just on compte seulement 3 maisons à deux niveaux). Au rez-de -chaussée, 3 ou 4 lits, disposés dans une grande salle. Le responsable occupe l’étage . Cette léproserie, accueil de pèlerins devait être située près de l’église.
Voilà une généralité qui donne des pistes sur le possible emplacement de cette auberge de la Croix Blanche et ensuite de cette fameuse auberge de l’Ecu. S’agit-il du même immeuble ayant, au gré des circonstances et des propriétaires changer d’enseigne ?
Il faut alors retourner dans l’historique de la famille Aucouturier, dont les premiers de la lignée sont tous qualifiés d’aubergiste.
Que nous apprend l’acte de mariage de Jean Aucouturier, le père de Sylvain ?
A suivre : 5 . l’achat de l’auberge de l’Ecu.

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité de Saint Just !



© 2019 - MAIRIE DE SAINT JUST, Tous droits réservés