Just’un peu d’histoire

Le premier maire de Saint Just

Dans la salle du conseil de notre mairie est suspendu un tableau relevant le nom de tous les maires de Saint Just de la Révolution Française à nos jours.
Intéressons-nous au premier de cette liste : on peut lire : 1792-1795 : Aucouturier Sylvain. On le retrouve aussi en troisième position de 1796 à 1797. Ce nom Aucouturier apparaît plusieurs fois sur cette liste : 4 fois Jean Aucouturier, une fois Jean fils de Jean, et Henri , maire de 1947 à 1954. C’est dire que cette famille a marqué la vie communale. Étymologiquement, le patronyme vient du nom « couturier » qui signifie agriculteur. D’ailleurs, ce patronyme « Couturier » est employé plusieurs fois dans les actes paroissiaux.
Qu’en est-il de ce Sylvain, considéré comme le tout premier magistrat de Saint Just ?
Son acte de décès de l’an 14 de la République (13 juin 1805) nous apprend sa profession : laboureur aubergiste, qu’il laissait une veuve, Jeanne et que son père, Jean, défunt, était lui-même aubergiste et laboureur. Ce Jean était né à Osmery. Après le décès de sa première épouse Solange Guérin ( 18 août 1734), il achète une auberge à Saint Just.
Au vu de ces simples données, on voit bien la place stratégique offerte par cette profession d’aubergiste transmise de père en fils chez les Aucouturier, dans cette période tumultueuse de la transition entre l’Ancien Régime et les Temps Modernes.
En 1789, le Roi Louis XVI convoque les États Généraux qui sont précédés dans tout le pays d’une consultation des habitants. Saint Just fait partie du bailliage de Bourges et doit faire parvenir une série de doléances. Celles-ci ont été consignées dans un cahier dit de doléances. La réunion des habitants de la commune a été conduite par le curé Jacques Justin, vraisemblablement, sans que cela ne soit précisé dans la petite église du village, seul lieu assez grand pour recevoir un maximum de personnes. A cette époque, un recensement de 1793 pointe une population de 400 âmes.
Ce cahier est signé du curé Justin mais aussi des députés désignés de la commune pour l’apporter à Bourges. L’un d’eux signe « Aucouturier », nom que l’on retrouve sur le procès-verbal de l’assemblée générale , avec une précision : Sylvain Aucouturier , marchand-cabaretier.
Quelles sont les doléances des justinois en 1789 ? Une réforme parlementaire d’abord, demandant que soit égale la représentation du Tiers État avec celles du Clergé et de la Noblesse et que les suffrages, au cours des États généraux soit comptés « par tête et non par ordre »
Une réforme fiscale, ensuite, visant la suppression « des aides et gabelles ».Puis arrive une demande sur le rang de la province de Berry à ériger comme pays d’États, amenant donc une augmentation des aides et droits de ces pays. Enfin, que les impôts prélevés pour l’entretien des grandes routes servent aussi, voire prioritairement, à celui des chemins intercommunaux.
La suite est par ici  : Sylvaine Aucouturier, maire-marchand-cabaretier.

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité de Saint Just !



© 2019 - MAIRIE DE SAINT JUST, Tous droits réservés