Histoire

Que savons – nous sur le village de Saint Just ?

Il n’y a pas à notre connaissance d’écrit historique sur les origines de la commune de Saint Just, seulement une légende qui relate la vie d’Ursin dont les premiers écrits datent du 11 siecle. 

Nous sommes à l’an 250 aprés  J-C, sous le règne  de l’empereur romain Decius. Ursin missionné  par le Pape pour prêcher l’Evangile est accompagné de l’un de ces fidéles le nommé Just.

Épuisés ils s’arrêtèrent à 13 km de Bourges, exactement à la neuvième borne militaire, dans la ville neuve: VILLANOVA.  Just y mourra et c’est ainsi que VILLANOVA devint SAINT JUST (sans trait d’union) en l’honneur de ce premier missionnaire de la chrétienté en Gaulle.

Ursin continuera son chemin, et devint le premier évêque de Bourges.

Lutte de pouvoir et développement  de Saint Just, ville neuve.

Située au bord de la grande voie impériale romaine, cette ville neuve veut se démarquer des anciens sites celtes tels que Cambone (Chambon) ou boscoviridis (Boisvert). C’est ainsi que d’autres villae (grandes fermes gallo-romaines) voient le jour : villa du Colombier, villa de La Salle. 

Un aqueduc la borde au Nord, celui qui vient de Traslay (Photo( Ourouer les Bourdelins) et qui alimente Bourges.  On en a trouvé des vestiges rue du Point du jour et dans le cimetière. Ce vestige est actuellement exposé sur la place de l’église.

  • Saint Just est partagée entre deux pouvoirs :

Le féodal avec les Seigneurs de Chambon et Saint Just, le religieux avec différentes maisons canoniales berruyères, principalement, Montermoyen (notamment au Colombier où elle est propriétaire du moulin) et les chanoines de Saint Outrille du Château les Bourges dont l’influence s’étend sur la rive droite de l’Auron (elle construit en outre la collégiale Saint Etienne de Dun sur Auron et vraisemblablement la chapelle Saint Just).

L’église Saint Just restera sous la responsabilité de ces chanoines du Château jusqu’à la révolution qui déporta ce curé nommé Justin dans l’ile de Ré. Ces années terribles virent l’église vendue comme bien national et le dernier Seigneur de Chambon obligé de vendre ses terres et son château à un notable de Bourges, Michel Corbin. 

Ses descendants possèdent encore le château qui, de château fort avec douves, prison et pont-levis, bâti sous Louis XI par Jacquelin Trousseau, devint une belle demeure style Louis XVI.  Celui-ci a conservé une tour avec, à l‘origine, une chapelle dédiée à Sainte Madeleine, accordée à un ancien propriétaire, Amélius de Charenton et dont les chapelains étaient sous le contrôle du curé de Saint Just, chanoine du château les Bourges.

Dans toute cette période de l’Ancien Régime, l’histoire de Saint Just est marquée par celle des seigneurs féodaux. La région de Bourges connait une famille qui se développa sous Charles VI, Charles VII et Louis XI, la famille Trousseau, liée à Jacques Cœur. La dernière de la lignée Trousseau, Gabrielle, est enterrée dans le chœur de l’église de Saint Just  avec son époux, Hilaire de Westerbourg, gouverneur de la grosse Tour de Bourges.  Suivirent une série de descendants qui conduisirent le château à la ruine jusqu’à la famille De Cullon qui s’expatria.

  • La situation géographique au bord d’une rivière et sur le grand chemin royal BourgesDun  participe au développement économique de  Saint Just qui gagne alors en population.

On y note quelques activités industrielles avec un four à plâtre à Chambon, un four à chaux près du village, le façonnage du bois avec une scierie d’abord à Chambon puis au bord du Canal de Berry, au début du 20° siècle.

Le Canal de Berry formaté en partie dans le lit de l’Auron, vers les années 1830 jusqu’à son déclassement en 1956, fut aussi un atout de son développement industriel.

Ses activités d’élevage, en particulier du mouton furent reconnues dans le monde agricole.

La population atteint son chiffre maximal en 1870, 700 habitants. La municipalité entreprend alors de grands travaux : agrandissement de l’église, construction d’un nouveau cimetière respectant les normes sanitaires, construction en pierre du pont de l’Auron (le pont du canal avait été reconstruit en 1848 et remplaçait un pont à bascule), construction d’une école libre de jeunes filles qui devint laïque après 1905.

L’histoire continue…Cliquez ici

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité de Saint Just !



© 2019 - MAIRIE DE SAINT JUST, Tous droits réservés